Philosophie et politique

Site personnel de Denis COLLIN

Contenu - Menu - S'identifier - S'inscrire - Contact

Archives par mois


Théorie générale

Jacques Bidet - PUF Collection Actuel Marx - 1999

Le projet est ambitieux: penser la modernité à partir d'une synthèse entre la tradition marxiste et la tradition contractualiste. Cette synthèse générale se présente comme une alternative à la reconstruction du marxisme engagée par Habermas. Il s'agit pour jacques Bidet de mener à son terme le travail qu'il a engagé depuis assez longtemps notamment à travers son Que faire du Capital? (Méridien-Klienksieck) et sa Théorie de la modernité (PUF - collection Actuel Marx).

L'idée générale est la suivante: si on veut construire une philosophie politique cohérente, il faut distinguer trois niveaux: le niveau métastructurel, où sont données les conditions de possibilité des diverses organisations sociales; le niveau structurel: c'est celui correspond en gros au genre d'analyse que Marx conduit dans Le Capital et enfin le niveau du système qui représente l'agencement historique des diverses structures. Bidet veut ainsi repenser le marxisme en l'insérer dans une théorie qui dans son mode d'exposition est hégélienne. Ce n'est pas une simple relecture hégélienne de Marx comme nous y sommes habitués depuis qu'on a pris l'habitude de jouer dans les Manuscrits de 44 ou les Grundrisse; la TG de Bidet se veut animée d'un bout à l'autre de la logique même du hégélianisme. La table des matières indiquera bien l'organisation de l'ouvrage:

Livre I: Métastructure

 Ch.1: La contractualité

 Ch.2: La Coopération

 Ch.3: L'Etat métastructurel

Livre II: Structure et système

 Ch.4: La transformation méta/structurelle

 Ch.5: La structure de la société moderne

 Ch.6: Le système du monde

Livre III: Politique

 Ch.7: Critique du contractualisme marchand

 Ch.8: Critique du socialisme organisateur

 Ch.9: Critique de l'éthique du discours

Ce qui caractérise l'entrée dans la modernité, affirme Jacques Bidet, c'est le rôle métastructurel joué par la contractualité. Toutes les formes du pouvoir et de l'organisation sociale sont pensées avec cette présupposition du contrat, avec l'idée de Hobbes que l'homme ordinaire est le véritable auteur de la politique. Il s'agit d'une présupposition au sens de Hegel - "Voraussetzung" - c'est à dire à la fois d'une condition logique mais aussi d'un produit de ce dont elle est la condition logique [Bidet, à mon avis, n'éclaire pas suffisamment ce point qui est un des points épineux de la pensée de Marx - par exemple quand Marx dit que le marché est la présupposition du mode de production capitaliste.] Toutes les sociétés modernes se pensent par rapport à cette "métastructure" contractuelle dont le corollaire est que les hommes sont "libres et égaux". Mais, dit Bidet, cette métastructure a une double dimension: une dimension interindividuelle (typiquement, le marché) et une dimension centrale (l'État fondé sur théoriquement sur le contrat social). La contractualité interindividuelle elle-même peut se réaliser soit par l'échange (marchand) soit par la coopération (l'association).

A partir de cette problématique, Bidet va montrer à la fois la force de l'analyse de Marx et ses limites. La force, c'est l'analyse de la première section du Capital qui montre que la conception contractualiste (des individus libres et égaux) n'est pas une "superstructure", mais la condition métastructurelle du développement des rapports capitalistes. Cependant, dialectiquement, avec le mode de production capitaliste, la métastructure est niée par la structure des rapports capitaliste - dans le procès de production, il n'y a plus d'individus libres et égaux, on n'est plus dans "l'Eden des droits de l'homme et du citoyen"!

Ces analyses qui sont assez proches de celles de Antoine Artous (voir son livre: Marx, L'État la politique) sont stimulante et permettent d'aborder de manière constructive la confrontation avec Rawls auquel Bidet reproche de ne pas avoir poussé jusqu'au bout son analyse et, en laissant de côté l'analyse de la structure et de la domination économique, d'émousser sa propre théorie. Bidet reformule le principe de différence rawlsien en "principe d'égalité-puissance" -- qu'il définit encore, contre Habermas, comme principe pratique d'universalité, U-: "Toutes les valeurs sociales doivent être réparties de façon égale, à moins qu'une répartition différente soit à l'avantage du moins défavorisé." L'"éloge métastructurel" de Rawls peut ainsi être complété d'une critique pratique qui ouvre des voies à l'action politique et à une reconstruction d'une stratégie de transformation sociale radicale.

S'il y a un reproche à faire à Bidet, c'est que sa volonté de présentation systématique l'amène souvent à mettre le lecteur en appétit sans lui donner toujours les plats qui combleraient sa faim. Pour qui connaît déjà ses travaux, la théorie générale de Bidet apparaît souvent comme une mise en forme d'articles et de livres anciens, mais nécessairement résumés et pas toujours entièrement convaincants. Il est bien possible que, comme à son maître Marx, la forme hégélienne lui ait joué quelques tours.


Ecrit par dcollin le Dimanche 27 Mars 2005, 14:12 dans "Bibliothèque" Lu 4423 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant

Partager cet article