Philosophie et politique

Site personnel de Denis COLLIN

Contenu - Menu - S'identifier - S'inscrire - Contact

Archives par mois


Peut-on critiquer les religions ? (suite)

Une contribution de Jean-Marie Nicolle

Suite à l'article "Peut-on encore critiquer les religions?", mon collègue et ami Jean-Marie Nicolle me fait parvenir la contribution suivante que je m'empresse de publier.

Cher Denis, tu écris à propos de la laïcité

 

« Si Dieu a sa place tout à fait librement dans les églises, les synagogues et les mosquées, il doit rester à la porte de l’école publique. L’école doit transmettre des savoirs objectifs et non susciter des vocations religieuses. La foi religieuse ne renvoie qu’à des conceptions englobantes de la vie que chacun peut choisir librement là où la liberté de conscience est garantie. »

Il me semble qu’un malentendu rarement évoqué se trouve là, dans la distinction entre foi et religion. Si l’on s’en tient à une conception subjective et strictement personnelle de la foi, il ne saurait y avoir de problème avec la laïcité. Mais les religieux (j’entends par là non seulement les moines, les prêtres, les théologiens, mais aussi les croyants pratiquants, voire militants) ne conçoivent pas leur foi sans pratique religieuse. On pourrait penser que les rites peuvent s’accomplir en privé à la maison et collectivement dans les lieux de culte, sans atteindre l’école. Mais toute adhésion à une religion implique une prescription de « témoignage » : il faut montrer sa foi, donner l’exemple et, si possible, convertir.

C’est pourquoi aucun religieux ne voudra taire ses convictions, ni cacher son appartenance. On discute du port du voile par les étudiantes musulmanes, mais qu’en est-il de la croix autour du cou ou de la kippa ? Jusqu’où aller dans l’interdiction de montrer quelque signe que ce soit de sa conviction religieuse ? Il y a là une contradiction manifeste entre deux injonctions : la neutralité laïque et le témoignage religieux, soutenues par deux autorités en rivalité (pour aller vite, l’instituteur et le curé) qui peut provoquer un réel malaise chez les jeunes.

J’ai récemment fait l’expérience inverse, moi qui suis agnostique de conviction et athée de pratique, d’aller enseigner la philosophie de Thomas d’Aquin à des chrétiens religieux qui préparent un doctorat de théologie. C’est une position des plus inconfortables ! Comment dispenser un savoir objectif à des gens (niveau moyen : bac+5 !) qui attendent des conseils pour nourrir leur vocation religieuse ? Je me suis demandé plusieurs fois dans quelle galère je m’étais embarqué, mais j’en ai tiré la conviction encore plus forte que la religion est une aliénation profonde. Cependant, n’en déplaise à Marx, il faudra des siècles pour la déraciner. Il ne suffira pas d’en montrer les connivences avec le capitalisme, ni de substituer la culture scientifique aux superstitions. « La religion est en réalité la conscience et le sentiment propre de l'homme qui, ou bien ne s'est pas encore trouvé, ou bien s'est déjà reperdu. » Quand l’homme se trouvera-t-il ?

En attendant, la lutte la plus urgente est la dénonciation de tous les sauveurs (gourous, politiques, idéologues, prêtres de tous poils). « Hors de l’Eglise, point de salut ! » Si on veut me faire entrer dans une église, je me sauve…

  :

« Si Dieu a sa place tout à fait librement dans les églises, les synagogues et les mosquées, il doit rester à la porte de l’école publique. L’école doit transmettre des savoirs objectifs et non susciter des vocations religieuses. La foi religieuse ne renvoie qu’à des conceptions englobantes de la vie que chacun peut choisir librement là où la liberté de conscience est garantie. »

Il me semble qu’un malentendu rarement évoqué se trouve là, dans la distinction entre foi et religion. Si l’on s’en tient à une conception subjective et strictement personnelle de la foi, il ne saurait y avoir de problème avec la laïcité. Mais les religieux (j’entends par là non seulement les moines, les prêtres, les théologiens, mais aussi les croyants pratiquants, voire militants) ne conçoivent pas leur foi sans pratique religieuse. On pourrait penser que les rites peuvent s’accomplir en privé à la maison et collectivement dans les lieux de culte, sans atteindre l’école. Mais toute adhésion à une religion implique une prescription de « témoignage » : il faut montrer sa foi, donner l’exemple et, si possible, convertir.

C’est pourquoi aucun religieux ne voudra taire ses convictions, ni cacher son appartenance. On discute du port du voile par les étudiantes musulmanes, mais qu’en est-il de la croix autour du cou ou de la kippa ? Jusqu’où aller dans l’interdiction de montrer quelque signe que ce soit de sa conviction religieuse ? Il y a là une contradiction manifeste entre deux injonctions : la neutralité laïque et le témoignage religieux, soutenues par deux autorités en rivalité (pour aller vite, l’instituteur et le curé) qui peut provoquer un réel malaise chez les jeunes.

J’ai récemment fait l’expérience inverse, moi qui suis agnostique de conviction et athée de pratique, d’aller enseigner la philosophie de Thomas d’Aquin à des chrétiens religieux qui préparent un doctorat de théologie. C’est une position des plus inconfortables ! Comment dispenser un savoir objectif à des gens (niveau moyen : bac+5 !) qui attendent des conseils pour nourrir leur vocation religieuse ? Je me suis demandé plusieurs fois dans quelle galère je m’étais embarqué, mais j’en ai tiré la conviction encore plus forte que la religion est une aliénation profonde. Cependant, n’en déplaise à Marx, il faudra des siècles pour la déraciner. Il ne suffira pas d’en montrer les connivences avec le capitalisme, ni de substituer la culture scientifique aux superstitions. « La religion est en réalité la conscience et le sentiment propre de l'homme qui, ou bien ne s'est pas encore trouvé, ou bien s'est déjà reperdu. » Quand l’homme se trouvera-t-il ?

En attendant, la lutte la plus urgente est la dénonciation de tous les sauveurs (gourous, politiques, idéologues, prêtres de tous poils). « Hors de l’Eglise, point de salut ! » Si on veut me faire entrer dans une église, je me sauve…

Ecrit par dcollin le Jeudi 19 Mars 2015, 11:52 dans "Actualités" Lu 2004 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant

Partager cet article