Philosophie et politique

Site personnel de Denis COLLIN

Contenu - Menu - S'identifier - S'inscrire - Contact

Archives par mois


Morale et justice sociale

Recension dans "Etudes" (dec. 2001)

Ce livre ne manque pas d'ambition intellectuelle, puisqu'il se donne comme but d'« établir ce que seraient les principes de base d'une société qui, au nom de la justice, refuserait d'admettre l'éternité (sic!) des rapports d'exploitation capitaliste, tout en prolongeant le grand mouvement émancipateur qui constitue le fil directeur de l'histoire moderne » (p. 188). A la croisée, donc, des Lumières, de la démocratie représentative et des socialismes, cet ouvrage se donne le projet de formuler les grandes lignes d'un « socialisme démocratique, » qui ne verserait pas dans les excès du stalinisme (lequel succomba, nous dit-on, non pas par trop d'égalité, mais à cause de sa structure foncièrement inégalitaire) et qui n'ignorerait pas non plus la liberté, fondée sur la souveraineté du peuple. La morale doit être mise au point de départ de toute théorie politique, puisqu'elle permet de penser un vivre-ensemble dans la justice, laquelle implique l'égalité la plus effective possible. Vie politique qui ne peut donner congé à l'idée de souveraineté, même dans le contexte de la mondialisation, puisque c'est ce contrat fondamental qui permet à la société de se comprendre dans son auto-institution permanente et de « soumettre les objectifs individuels "égoïstes" à des principes de justice ». Redisons-le, l'ambition est vaste, et elle passe par une discussion serrée de grands philosophes anciens et récents, dans un net souci d'avancer pas à pas et d'argumenter soli dement les thèses proposées; mais, en regard de l'ambition, les propositions concrètes sont ténues, voire légèrement désuètes (ainsi des pages sur la démocratie sociale ou le droit de propriété dans le contexte financier et boursier actuel); surtout, l'absence de considérations sur le droit et les graves problèmes de justice qu'ils posent de nos jours surprend, mais cet oubli porte la trace de la ligne marxisante dans laquelle s'inscrit l'auteur. Malgré lui, ce livre atteste de l'épuisement d'une tradition de pensée.

Paul Valadier

Ecrit par Paul Valadier le Dimanche 27 Mars 2005, 15:57 dans "Publications" Lu 4330 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant

Partager cet article