S'identifier - S'inscrire - Contact

Archives par mois


Comprendre Marcuse

Par Denis Collin • Publications • Vendredi 23/06/2017 • 0 commentaires  • Lu 843 fois • Version imprimable

Pourquoi revenir à Herbert Marcuse aujourd'hui ? Désigné par les commentateurs comme l'inspirateur des mouvements contestataires de 1968, classé parmi les " freudo-marxistes ", il semble qu'il soit aujourd'hui passablement oublié.

À tort. Marcuse est d'abord un philosophe qui s'inspire de la grande tradition de la philosophie allemande, celle de Kant, Hegel et Marx. Commentateur scrupuleux de Hegel, Marcuse en produit une lecture critique vivifiante, loin des idées toutes faites sur ce maître éminent. Fidèle à Marx – mais pas aux marxisme standard, ce qui lui a valu l'hostilité de tous les gardiens du temple marxiste – il lie étroitement la critique sociale à la théorie analytique de Freud. Bref avec Marcuse, c'est tout un pan de la culture moderne que nous sommes invités à reparcourir.

Mais Marcuse est aussi l'un des penseurs de la théorie critique. Son objet, c'est la société industrielle avancée, la nôtre. On pourrait croire que ses œuvres décrivent notre présent alors qu'elles ont été écrites voilà un demi-siècle et plus. La " désublimation répressive ", l'utilisation du principe de plaisir au profit de la domination, c'est bien quelque chose qui a pris aujourd'hui une ampleur que l'on pouvait à peine soupçonner au moment où Marcuse écrit Éros et civilisation ou L'homme unidimensionnel. Comment ne pas voir que l'extension indéfinie du marketing et des techniques de la communication produisent cette uni-dimensionnalité de la pensée que Marcuse analyse et dénonce si vigoureusement ?

Enfin Marcuse est un philosophe de la culture. L'art et le sens du beau sont, pour lui, essentiellement libérateurs. S'il continue de penser nécessaires l'émancipation politique et la transformation des rapports sociaux, il sait que la libération humaine est celle de l'individu qui doit reprendre possession de lui-même en se débarrasser de l'aliénation. Il ne s'agit pas de dessiner un avenir plus rationnel mais surtout la perspective d'une vie plus libre et plus belle.

Table des matières

I.Introduction

II. Hegel, Marx : Marcuse face à la tradition philosophique

La question de l’historicité

Hegel : la dialectique comme arme de la critique

De la dialectique à la théorie critique

Intermède

III.Société sur-répressive et désublimation répressive : Marcuse, entre Marx et Freud

L’orientation de la théorie critique envers la théorie freudienne

La tendance cachée de la psychanalyse

L’apport de Marcuse à la théorie de Freud

La dialectique de la civilisation

Une lecture ontologique de Freud

Intermède

IV.Autorité et domination

La tradition et la question de l’autorité

L’idéalisme allemand

La critique sociale et la question de la domination

Quelques remarques additionnelles sur la question de l’autorité et de la domination

V.La société capitaliste moderne, l’État bureaucratique et l’intégration sociale

L’irrationalité de la société moderne

Une société totalitaire

Faux besoins et besoins répressifs

Le paradoxe de la satisfaction répressive

La pensée unidimensionnelle

La mobilisation totale

L’État bureaucratique

VI.La conscience malheureuse et la crise de la culture

La conscience malheureuse

Liquidation de la critique dans la culture supérieure

Le conformisme de la pensée

La pensée unidimensionnelle et la nécessaire critique des tendances dominantes en philosophies

Une nouvelle dialectique de la Raison

Conclusion provisoire

VII.L’émancipation

Intégration de la classe ouvrière et tolérance répressive

La puissance de l’imaginaire

Le rôle de l’esthétique

Sexualité et Éros

VIII.La révolution possible et nécessaire

L’utopie réaliste ?

Le sujet de l’émancipation

Une réévaluation à un demi-siècle de distance

IX.Pour conclure

 

 


  • Broché: 423 pages
  • Editeur : Max Milo (22 juin 2017)
  • Collection : ESSAI GRAPHIQUE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2315007305
  • ISBN-13: 978-2315007301

Partager cet article